Font de Mauguio, la déclaration d’utilité publique approuvée « sous réserve »

L’Or aménagement communique plus vite que son ombre et annonce à propos de la ZAC de la Font de Mauguio que  « la 1ère tranche va pouvoir démarrer, avec l’attribution des consultations promoteurs-bailleurs et le démarrage prévisionnel des travaux courant du 1er trimestre 2019 ». Cet enthousiasme éclair trouve son origine dans une missive envoyée par le Préfet de l’Hérault indiquant que l’enquête publique ZAC Font de Mauguio a reçu du commissaire enquêteur Vincent Rabot des avis favorables sur  les quatre volets du dossier SOUS RESERVE du dépôt d’une étude agricole. Cette réserve est passée sous silence dans la communication de l’Or aménagement. Communiquer vite oui, mais dans la transparence pas trop quand même ! Que l’Or aménagement ait omis l’étude agricole dans l’élaboration de son projet est assez significatif de son désintérêt de l’agriculture et des agriculteurs de notre région ce qui, en revanche, n’est pas le cas du Préfet de la Région Occitanie. Dans une longue lettre aux Préfets de département (dont le Préfet de l’Hérault), le Préfet de région écrit ceci :

« Notre région est la plus attractive de France. Un million d’habitants sont attendus d’ici 2040. En 10 ans, la tache urbaine a augmenté de 14,5%. Une surface de 730 m² en moyenne a été artificialisée pour chaque habitant supplémentaire en Occitanie. Un tel ratio est insoutenable à long terme au regard des prévisions démographiques. […] Ainsi, la progression de l’artificialisation des sols est estimée à plus de 3 000 ha par an, majoritairement au détriment des terres agricoles. […]

Prolonger cette trajectoire menacerait le maintien de l’attractivité régionale face aux grands changements à venir : défis énergétique et climatique, défi de la sécurité alimentaire. Il est donc nécessaire de renforcer l’action de l’Etat en faveur d’une gestion économe de l’espace qui préserve dans la durée :

  • Notre outil de production agricole ;
  • Nos capacités d’accueil et donc le maintien de notre dynamique démographique.

Et le Préfet d’inciter les acteurs « à faire évoluer leur regard en matière d’urbanisme vers les principes suivants :

  • Le développement dans des zones déjà artificialisées, notamment les cœurs de ville, doit devenir la règle ;
  • L’extension doit devenir une « exception justifiée » dans le cadre du triptyque « éviter, réduire, compenser ».

Une invitation responsable qui n’a guère effleuré l’Or aménagement.

Vous pouvez consulter les documents cités :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.