Deuxième tour de la présidentielle : Daniel Bourguet s’exprime

Chères concitoyennes et concitoyens.

Vous êtes très nombreux à m’interpeller, à nous interpeller, au sujet de l’élection présidentielle de dimanche prochain.
Le texte qui suit n’engage pas les adhérents de la Fabrique citoyenne du Pays de l’Or, ce n’est pas non plus une consigne de vote, chacun votera comme il se doit en son âme et conscience.

Pour le deuxième tour de l’élection présidentielle, nous avons le choix entre M. Macron et Mme Le Pen. Mme Le Pen n’est pas une candidate comme les autres. Elle est dans une démarche de scission, de division du peuple de France, de mise en concurrence des citoyens les uns contre les autres.

Les partis politiques en France s’inscrivent dans une longue histoire qui possède ses codes et ses éléments de langage. Il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de décoder ce qui se cache derrière le verni des « forts en thème ». Le parti dont Mme Le Pen a quitté les fonctions de manière provisoire, mais qu’elle représente toujours, s’inscrit dans l’histoire de l’extrême droite française. Son fondateur, M. Le Pen, éditeur de chants nazis, était un proche de dictateurs et notamment de Franco (ce nom devrait raviver la mémoire de la communauté d’origine espagnole de Mauguio). À écouter ici.

On trouve parmi l’entourage proche de Mme Le Pen un des membres fondateurs du GUD, mouvement d’extrême droite très violent. A lire ICI.

Le « couple » Le Pen / Dupont-Aignant se revendique proche du « gaullisme ». C’est oublier que le front national se positionne contre le général De Gaulle, au côté des « militaires putschistes » et de l’OAS. C’est ainsi que le maire de Béziers, par exemple, a débaptisé dans sa commune la place du 19 mars 1962 (accords d’Evian) pour la rebaptiser du nom d’un « putschiste ».

Cette semaine encore deux événements ont émaillé la campagne électorale : l’extrême violence avec laquelle un photographe de presse s’est fait agresser par le service d’ordre du front national puis interpeller brutalement par la police à Henin Beaumont (à lire et à voir ICI) et les propos offensant de M. Le Pen au sujet de l’hommage rendu au policier assassiné à Paris.

Ces faits historiques et les faits plus récents de l’actualité doivent nous rappeler que Mme Le Pen n’est pas une candidate comme les autres. Son accession au pouvoir suprême serait un grand danger pour notre République, pour notre démocratie et pour la citoyenneté .

Je ne ferai donc pas de comparatif programmatique entre M. Macron et Mme Le Pen. L’un s’inscrit dans la république, l’autre pas.

Le vote blanc ou l’abstention qui sont malheureusement comptabilisés de la même manière, sont en mesure de faciliter aujourd’hui et plus que jamais l’accession au pouvoir de Mme Le Pen.

En conséquence, je voterai sans hésiter pour M. Emmanuel Macron.

Daniel Bourguet.
PS Pour aller plus loin, vous également pouvez suivre avec intérêt les liens ci-dessous :
Interview de l’historienne Valérie Igounet sur son ouvrage L’illusion nationale (5:44)

Texte de Coralie Miller, publié aujourd’hui, qui a voté Mélenchon au 1er tour

Emission de France Culture, La dé-diabolisation à l’épreuve du terrain : enquête au cœur de la campagne des lieutenants de Marine Le Pen. (56mn)

Interview de la journaliste Claire Checcaglini, auteur de « Bienvenue au Front, journal d’une infiltrée », éditions

Jacob-Duvernet, sur France Inter en février 2012 (5:49)

C à vous, avec Olivier Beaumont, Valérie Igounet et François Durpaire, 18.02.2017

1 comment for “Deuxième tour de la présidentielle : Daniel Bourguet s’exprime

  1. Blach Marc
    2 mai 2017 at 11:56

    Si c’est une tribune, je voterai Melenchon au deuxième tour, question de constance……sûrement pas Macron qui soutient l’UOIF organisation salafiste qui prône entre autres le port du voile et la non émancipation de la femme en France et ailleurs….mais je suis habitué aux grands écarts. ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *